Making Sense: Language, Text and Interpretation in African Studies

Location
University of Birmingham
Category
Arts and Law, Lectures Talks and Workshops
Dates
Thursday 21st (11:00) - Saturday 23rd May 2020 (15:00)
Download the date to your calendar (.ics file)
Contact

Please address all enquiries to Dr. Ceri Whatley: c.n.whatley@bham.ac.uk

masai315

(French version below)

This conference is a joint event co-organized by the LANGARCHIV Project funded by the European Research Council and coordinated by Camille Lefebvre; and by the Department of African Studies and Anthropology of the University of Birmingham thanks to the Cadbury Fellowship and Conference endowment.     

Call for papers

The present conference is concerned with processes of interpretation in African societies and African studies: how do the authors of what we call ‘sources’ convey meaning in their written and oral texts? How do these meanings develop in historically specific semantic worlds? How is meaning transformed through translations, reinterpretations and struggles over meaning? How is the world made sense of in African languages and epistemic traditions, and what changes when analysts – African and non-African – make sense of African texts and societies in different discursive contexts? We wish to discuss what makes the understanding of African societies possible; what is at stake when different types of exegetes interpret the past or the present of Africa. From authors such as Hans-Georg Gadamer and Paul Ricoeur we take the idea that understanding is always interpretive and perspectival. Understanding is shaped by one’s position in the world and is a product of language, history and subjective perspective. As Mamadou Diawara and Abderrahmane Ngaidé have shown, this implies a reflexion on the position of interpreters, historians or anthropologists, ‘outsiders’ or ‘insiders’ in relation to the circumstances they study and their being in the world as ‘searchers of Meaning.’

Karin Barber and Paulo Fernando de Moraes Farias have pioneered research approaches that subject to close critical scrutiny the intellectual, political and artistic projects of producers of knowledge; the social settings of knowledge-production and consumption; the formal rules governing different types of written or oral works or performances; and the situation of the researcher/interpreter. This holistic approach to interpretation that necessitates a constant ‘back-and-forth’ analytical movement between past and present, between observer and observed, between so-called ‘primary sources’ and ‘secondary literature’, urges researchers to take into account all the layers of interpretation accumulated in the process of producing and analysing oral and written texts. It is this process of knowledge production, focused on Africa, that we propose to discuss at the present conference. A concern with these issues entails reflections on at least three dimensions of research: empirical, methodological, and theoretical.

From an empirical perspective, we are interested in the conditions of evidence collection and negotiation of research agendas in sites as different as urban or rural contexts, colonial archives or the private libraries of Islamic scholars, repositories of newspaper or radio recordings, war-zones or NGO headquarters. How do the agendas of researchers and other research participants intersect and interact? How does research happen, concretely, at the interface between the questions of the researchers and the priorities of the subjects of research, collaborators, interpreters, gate-keepers, and mediators?

Methodologically, a focus on hermeneutics presupposes the development of methods for the exegesis of different types of evidence, ranging from a semantic approach to oral or written texts in vernacular languages, to a phenomenological engagement with the embodiment of particular forms of evidence – from the actual bodies and voices of informants, griots, or performers; to the material means through which text or other data are written, recorded and circulated: how do researchers interpret a variety of sources? What obstacles do they face, which new methodologies can be adopted to improve our understanding of African history and society (such as, for example, new methods in digital humanities)?

Theoretically, a hermeneutical approach poses questions such as the possibility of cultural translation; inequality and reciprocity in knowledge production; and the relationship between researchers and authors of research evidence (‘sources’). Both the original author of a source and the academic analysing the source (at a later stage) engage in similar processes of reflection, selection and editing albeit for different purposes. They are both exegetes, inevitably engaged in constant decision-making, not only about what to do next, but also about which words and representations to choose. They are both engaged not only in pragmatic strategies and negotiations, but also in semiotic ones.

The conference invites contributions that engage this order of questions in relation to concrete processes and projects of research. It is open to researchers coming from various disciplines and multi- and inter-disciplinary backgrounds and all types of sources on all African regions and historical periods. Panels and papers will be selected on the basis of their interest and originality with regards to questions of interpretation: how can the meanings of what we call our sources be accessed? What problems arise in the process of interpreting material and immaterial evidence? How is the researcher positioned in relation to the authors of his/her sources, and the users and audiences of the knowledge s/he analyses and/or produces? And how do researchers represent the phenomena they study – are their interpretations new representations? How are they related to the original meanings conveyed by the producers of their sources?

Submission of abstracts

We welcome individual paper abstract submissions and panel proposals. Submissions should include author’s name, affiliation, contact details, paper title, and abstract of no more than 200 words. Panel proposals should be submitted by panel organisers and include complete information for all of the papers included in the panel.

The deadline for the submission of abstracts is Friday 31 January. Late submissions will not be taken into consideration. The conference will take place at the University of Birmingham, UK. There is no registration fee.

Please send your abstract(s) to Dr. Benedetta Rossi (b.rossi@bham.ac.uk) and Dr. Camille Lefebvre (camillelefebvre@yahoo.fr).


Francais:

Appel à communications 

Produire du sens : Langue, texte, et interprétation dans les recherches sur l’Afrique 

21-23 mai 2020 

Département d'études africaines et d'anthropologie (DASA), Centre of West African Studies (CWAS) de l’Université de Birmingham (Royaume-Uni) et le projet ERC-STG langarchiv

Cette conférence propose de réfléchir au processus d’interprétation à la fois au sein des sociétés africaines et dans les recherches sur l’Afrique : comment les auteurs de ce que nous appelons nos « sources » produisent-ils du sens dans leurs textes écrits et oraux et comment ceux qui les analysent les interprètent-ils ? Ces significations sont le résultat de mondes sémantiques et historiques spécifiques et sont constamment modifiés par les traductions, les réinterprétations et les enjeux d’analyse. Nous souhaitons inviter à questionner les manières dont on fait sens au monde dans les langues africaines et dans les traditions culturelles, intellectuelles et épistémiques qui existent en Afrique et à ce qui est modifié quand celles et ceux qui les analysent – qu’ils soient africains ou non-africains – produisent des interprétations. Nous voulons discuter de ce qui rend possible la compréhension des sociétés africaines, de ce qui est en jeu lorsque l’on interprète le passé ou le présent de l'Afrique. Des travaux de Paul Ricoeur et Hans-Georg Gadamer, nous prenons l'idée que la compréhension est toujours interprétative et liée à des points de vue. La compréhension est façonnée par la position d’un individu dans le monde et est le produit de sa langue, de son histoire et de sa perspective subjective. Comme l'ont montré Mamadou Diawara et Abderrahmane Ngaidé, cela implique une réflexion sur la position des chercheurs et des chercheuses, anthropologues historien ou historiennes, qu’il soit issus ou extérieurs aux sociétés qu’ils étudient[1]

Karin Barber et Paulo Fernando de Moraes Farias ont été les pionniers d'une approche qui combine à la fois l’analyse des projets intellectuels, politiques et artistiques des producteurs de connaissances, celle des contextes sociaux de production et de réception des savoirs, celle de l’analyse des règles formelles régissant les performances ou travaux écrits ou oraux et enfin celle de la situation du chercheur ou de la chercheuse. Cette approche holistique de l'interprétation, qui nécessite un va-et-vient constant entre le passé et le présent, entre l’observateur et ceux qu’il observe, entre les sources dites « primaires » et la « littérature secondaire », invite les chercheurs à prendre en compte toutes les couches d'interprétation accumulées dans le processus de production et d’analyse des textes oraux et écrits. Ce sont ces processus de production de connaissances sur l'Afrique, que nous proposons de discuter lors de cette conférence à travers trois axes : empirique, méthodologique et théorique.

D'un point de vue empirique, nous nous intéressons aux procédures et aux conditions de collecte des données et aux négociations des agendas de recherche qui ont lieu sur le terrain, aussi bien dans des contextes urbains que ruraux, dans les archives coloniales ou les bibliothèques privées d'érudits islamiques, dans les archives de journaux ou d’enregistrements radio, les zones de guerre ou les sièges des ONG. Comment les projets des chercheurs et des autres participants à la recherche se recoupent-ils et interagissent-ils ? Comment la recherche se réalise-t-elle, concrètement, au croisement des questions des chercheurs, des priorités de ceux qui sont l’objet de ces recherches et des intérêts des collaborateurs, des interprètes, des gatekeepers et des médiateurs ? 

D’un point de vue méthodologique, l’herméneutique présuppose le développement de méthodes d'exégèse en fonction des différents types de données, allant d'une approche sémantique de textes oraux ou écrits en langues vernaculaires à un engagement phénoménologique dans l’analyse de la matérialité des données - des corps et des voix des informateurs, griots ou interprètes ; aux moyens matériels par lesquels les textes ou autres données ont été écrits, enregistrés et diffusés. Comment les chercheurs interprètent-ils la diversité de sources ? Quels obstacles rencontrent-ils, quelles nouvelles méthodologies peuvent être adoptées pour améliorer notre compréhension de l'histoire et de la société africaines (comme, par exemple, les nouvelles méthodes liées aux humanités numériques ? 

D’un point de vue théorique, une approche herméneutique invite à interroger la possibilité d'une traduction interculturelle, ainsi que l’inégalité et la réciprocité dans la production des connaissances, dans les relations entre les chercheurs et les auteurs des données de recherche. L’auteur original d’une source et le chercheur qui l’analyse a posteriori sont tous les deux engagés dans des processus similaires de réflexion, de sélection et de travail, mais avec des objectifs différents. L’un comme l’autre prennent des décisions sur ce qu’il faut faire, sur le choix des mots et des significations et ont des stratégies et mènent des négociations pragmatiques, mais aussi sémiotiques. 

Nous invitons les chercheurs et les chercheuses intéressés par ces questions, quelles que soient leur discipline, les types de sources ou de méthodes qu’ils utilisent, travaillant sur n’importe quelle période historique et n’importe quelle région du continent africain à nous proposer des interventions. Les communications seront sélectionnées en fonction de leur pertinence et de leur originalité au regard des thèmes de la conférence : les questions d’interprétation : comment accéder aux significations de ce que nous appelons nos sources ? Quels problèmes se posent dans le processus d'interprétation des preuves matérielles et immatérielles ? Comment le chercheur se positionne-t-il par rapport aux auteurs de ses sources, aux utilisateurs et aux publics des connaissances qu'il analyse et/ou produit ? Et comment les chercheurs représentent-ils les phénomènes qu'ils étudient - leurs interprétations sont-elles de nouvelles représentations ? Comment sont-elles liées aux significations originales véhiculées par les producteurs de leurs sources ?

Soumission des résumés 

Nous acceptons soumissions individuelles et propositions de panel. Les soumissions doivent inclure le nom de l'auteur, son affiliation, ses coordonnées, le titre de l'article et un résumé d'un maximum de 200 mots. Les propositions de panels doivent être soumises par les organisateurs du panel et inclure des informations complètes pour tous les articles inclus dans le panel. 

La date limite pour la soumission des résumés est le vendredi 31 janvier. Les soumissions tardives ne seront pas prises en considération. Il n'y a pas de frais d'inscription. La conférence aura lieu à l'Université de Birmingham.

Veuillez envoyer vos résumés au Dr Benedetta Rossi (b.rossi@bham.ac.uk) et au Dr Camille Lefebvre (camillelefebvre@yahoo.fr).

Veuillez adresser toutes vos demandes au Dr Ceri Whatley: c.n.whatley@bham.ac.uk 

Cette conférence est un événement organisé en partenariat entre le projet ERC-STG Langarchiv coordonné par Camille Lefebvre et par le Département d'études africaines et d'anthropologie de l'Université de Birmingham grâce à un financement du Cadbury Fellowship and Conference. 


[1] Abderrahmane N'Gaïde, « Archéologie partielle du sens des discours autour de l’esclavage », Cours Nouveaux (revue africaine trimestrielle de stratégie et de prospective), 2012, n°7-8, p. 129-140 ; Abderrahmane N'Gaïde, « Stéréotypes et imaginaires sociaux en milieu Haalpulaar. Classer, stigmatiser et toiser », Cahiers d'études Africaines, vol. 43, n°172, 2003, p. 707–738 ; Mamadou Diawara, « Les recherches en histoire orale menées par un autochtone, ou L’inconvénient d'être du cru », Cahiers d'études africaines, vol. 25, n°97, 1985. p. 5-19.